2005 – Ce qui ne tue pas nous rend plus fort

Auteur : Guy Carlier – compositeur : Fred Blondin

J’ai toujours caché mes blessures
A tous les vautours qui me guettent
J’ai payé très cher les factures
De mes défis, de mes défaites

On m’a souvent laissé pour mort
Mais mon cœur cassé bat encore
Les coups au cœur, les coups au corps
Ce qui ne tue pas nous rend plus fort

J’ai toujours caché mes regrets
Jamais de signal de détresse
Et souvent quand je titubais
C’étais de douleur pas d’ivresse

On m’a souvent laissé pour mort
Mais mon cœur cassé bat encore
Les coups au cœur, les coups au corps
Ce qui ne tue pas nous rend plus fort
On m’a souvent laissé pour mort
Mais mon cœur cassé bat encore
Les coups au cœur, les coups au corps
Ce qui ne tue pas nous rend plus fort

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×
×

Panier